Sommeil

Les troubles du sommeil

Le trouble du  sommeil s ‘il n’est pas directement causé par  des maladies spécifiques comme rejet acide de l’estomac, peut être résolu par différentes solutions physiologiques.

Une insomnie est caractérisé par un trouble du sommeil et affecte directement la qualité réparatrice du sommeil . En effet ,il peut être réduit en totalité c’est-à-dire que la personne passe une nuit blanche ou reste en  sommeil incomplet.

Les insomnies transitoire en général se produit lorsqu’il ya eu  un stress , ou encore à des sujets d’actualité inquiétant et ne dure guère plus d’un mois..La plupart du temps elle se corrige d’elle-même avec le temps .

Les insomnies chroniques sont les insomnies dont les effets se manifestent sur une période plus longue : elles sont causées par un état de santé générale, une condition psychiatrique, ou un évènement traumatique (décès d’un proche, rupture…). Les insomnies contiennent également l’apnée du sommeil, ainsi que le mouvements anormaux réalisés pendant le sommeil Comme par exemple les jambes qui bougent énormément.

Le sport pour mieux s’endormir

 

Le sport possède cette qualité de détendre en profondeur par les muscles et le système nerveux car après  l’activité sportive, il y a une détente qui s’installe liée à la circulation du sang et à l’expire réflexe du système nerveux. Même si on vient seulement de commencer un entrainement physique, et que le corps se sent franchement éprouvé, le sport n’aura pas d’effet nuisible sur la qualité du sommeil. Il est donc particulièrement ingénieux de pratiquer une activité sportive le matin avant le travail ou quand on travaille à mi-temps, ou durant la pause de midi si celle-ci peut être un peu rallongée. On peut aussi faire un sport en fin d’après-midi juste après le travail.

S’endormir

Se coucher, s’endormir et dormir : voilà un problème permanent chez les personnes dépressives. C’est surtout le soir qu’ils vont mal, car ils sont souvent seuls, et ont plus de temps pour développer des idées noires. Beaucoup commencent à «gamberger » dès l’apparition de l’obscurité, ont des pensées récurrentes qui tournent en rond, et ne ressentent pas le besoin de communiquer avec d’autres personnes. Les pensées empirent de façon constante jusqu’à l’heure du coucher, et font en sorte que la personne déprimée ne parviendra pas à s’endormir. Dans les cas graves, on peut rester éveillé durant des heures

Le yoga en tant que thérapie de compensation

Le yoga peut alors avoir un impact particulièrement positif sur le sommeil lorsqu’il est pratiqué en guise de complément d’accompagnement à une thérapie. À long terme, on ne peut pas compter sur les cachets, pilules et autres calmants ou somnifères si on veut s’en sortir et ne pas les prendre à vie. Il faut réussir à trouver la détente nécessaire et trouver le calme, une sorte de paix intérieure.

Mais peut-être un sport pratiqué le soir car il aura beaucoup moins d’effet excitant surtout si l’on termine par le yoga nidra va permettre d’approfondir la respiration et la relaxation.ce yoga va également avoir un impact de lâcher prise au niveau du mental.Mais il suffit d’utiliser n’importe quel yoga et de le faire en prenant le temps d’écouter son corps et en pleine conscience de nos mouvements respiratoires.

L’aide au sommeil en complèments alimentaires

Oui mais pas n’importe les quels ! Il y a effectivement certains acides aminés qui fonctionnent plutôt bien mais certaines personnes vont quand même s’accoutumer !  Je pense que les compléments sont valables s ils sont combiné du yoga de la relaxation ou encore de la médiation guidée pour lâcher prise .

En effet symboliquement le sommeil reste et demeure à lâcher prise sur la journée une certaine confiance en la Vie .